Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.01.2007

L'AVENTURE

medium_Intentio_05.jpg



Comment définir cet événement de la vie qu’on nomme l’aventure ?

(Réflexions à partir d’un texte de Georg Simmel, 'La Philosophie de l’aventure'.)

________________


La vie est un courant total inébranlable dans lequel se manifestent des contenus qui prennent leur valeur en fonction de l’ensemble.

Simmel considère une vie humaine comme un organisme dont les organes seraient les actes et les émotions, « contenus » de vie. Il y a un processus de vie unique dans lequel viennent se manifester les contenus de la vie, reliés entre eux comme par endosmose et exosmose.

Chaque événement est bipolaire, il peut signifier ceci et son contraire, et c’est en s’inscrivant dans une totalité existentielle qu’il prend une valeur, qui peut encore changer par la suite.

En tant qu’éléments constitutifs de notre vie, deux choses disparates, incomparables, peuvent jouer des rôles presque identiques.

Un moment de la vie qu’on appelle aventure l’est relativement à la totalité de l’existence. Il n’y a pas d’aventure en soi, n’en déplaise aux agences de voyage.

Alors tout événement peut-il devenir aventure ?

Premier point : L’aventure s’oppose au courant immuable de la vie et pourtant est reliée à son centre.

C’est la première affirmation paradoxale de Simmel : En son sens le plus profond l’aventure se passe en dehors de la continuité de la vie, s’isole de cet ensemble. Mais par le même mouvement elle s’y réintègre. Tout en étant un corps étranger à notre existence, elle est reliée à son centre.

L’aventure concentre en un présent donné le flux dialectique de la vie dans toute son intensité. L’aventure est un pur échantillon de vie, effaçant passé et futur. Dès lors le contenu vécu compte moins que l’émotion, la sensation d’être rempli dans toutes ses intentions.

Simmel définit d’abord l’aventure comme une unité de vie ayant un commencement et une fin, moment où la participation à la continuité de la vie devient problématique : sentiment d’étrangeté, d’isolation, de détachement. D’une certaine façon, on ne provoque pas une aventure, on est happé par elle, malgré nous. C’est le hasard qui la déclenche.

Second point : L’aventure est un événement organique et non mécanique.

« De même qu’un organisme ne détermine pas sa forme dans l’espace par le fait qu’il y a des obstacles qui le compriment de tous côtés, mais parce que l’impulsion de sa vie lui donne une forme par l’intérieur, de même l’aventure n’est pas terminée parce qu’il y a quelque chose d’autre qui commence, mais bien parce que le temps qu’elle occupe, sa limite radicale, correspond à une détermination de son sens intérieur. »

D’où une relation profonde entre l’aventurier et l’artiste. Chaque œuvre d’art, en tant que forme libérée du flux interdépendant de la vie, en tant qu’organe ayant son centre propre, unité repliée sur elle-même, est une aventure. Inversement, une aventure est une œuvre d’art.

Mais quel est ce centre autour duquel se replie l’aventure (ou l’œuvre d’art) ?

C’est ce qui fait la singularité de l’individu et en même temps le dissout dans l'indifférencié, « une nécessité secrète dont le sens dépasse de beaucoup celui des séries plus rationnelles de la vie. » Il se manifeste parfois une forme de sens, dans la rencontre du hasard et d’une existence, une signification qui semble impliquer une nécessité.

Une aventure n’est pas un événement brutal dont le sens nous reste extérieur. Mais ce n’est pas non plus un événement qui s’inscrit naturellement dans le flux enchaîné de notre quotidien.

Troisième point : Pour l’aventurier, la vie dans sa totalité est une aventure.

L’aventurier fait de l’absence de tout système dans sa vie un système en soi, et cherche à prouver que des événements extérieurs dus au pur hasard font cependant partie de sa nécessité intérieure. « Celui qui a cette attitude devant la vie doit sentir que celle-ci, dans son ensemble, est dominée par une unité supérieure, laquelle s’élève au-dessus de la totalité immédiate de la vie… » La vie est alors caractérisée comme ensemble des symptômes de l’aventure.

« L’aventure est un hasard fragmentaire, et cependant elle est achevée en elle-même, ainsi qu’une œuvre d’art. Elle réunit en elle toutes les passions, comme le ferait un rêve, et cependant elle est destinée comme celui-ci à être oubliée ; elle fait comme le jeu opposition au sérieux, et cependant comme le 'Va, Banque' du joueur, elle se résout en une alternative entre le gain le plus élevé ou la destruction complète. »

Quatrième point : En l’aventure, passivité et action atteignent deux sommets conjoints.

L’aventure est rare, car elle suppose un état d’esprit composé de deux polarités opposées. D’une part, tout dépend de la force et de la présence d’esprit individuelle : il faut l’allure conquérante et le geste rapide de celui qui saisit le hasard et se fie à sa chance. D’autre part nous nous abandonnons complètement aux forces et aux chances de la vie, lesquelles peuvent pourtant autant nous favoriser que nous détruire de fond en comble.

L’aventure est le point d’intersection du moment de sécurité et du moment d’insécurité : « une sécurité de somnambule. » Vivre dans un état où le sort du monde et le sort individuel ne seraient pas encore différenciés. Donner pour base à son action ce qu’il y a de plus incalculable, contrairement à l’attitude commune, l’attitude « travailleuse », qui sans cesse veut s’appuyer sur du certain.

L’aventure est considérée comme folle. Mais si l’on considère que rien n’est certain, c’est l’attitude rationnelle commune qui apparaît comme folle.

Cinquième point : la forme la plus naturelle de l’aventure est l’érotisme.

La force conquérante en équilibre devant une grâce qu’on ne peut forcer : pour l’aventurier, la personne à séduire est l’incarnation de la vie. Le rapport qu’il y a entre le contenu érotique et cette forme de vie générale qu’est l’aventure, a sa racine dans des couches profondes. L’aventure est en harmonie avec les instincts les plus secrets et avec une intention dernière de la vie. En cela elle se distingue du hasard pur.

Mais qu’elle est cette intention dernière de la vie ? Ce que l’aventure révèle et que Simmel ne fait qu’entrevoir, c’est que le centre de la personnalité individuelle est le même que le centre de la vie : pur désir.

« Nous sommes les aventuriers de la terre. » Mais pour en prendre conscience, il faut tendre à se libérer des contenus pour s’installer dans le flux de la vie, qui est désir sans objet. Pure intention.

Est-ce possible ? Non, bien entendu. Sinon, il n’y aurait plus de désir… Le désir a besoin de la fiction de l’objet. À tel point qu’on peut se demander, en renversant notre conclusion, si l’intention ultime de la vie, l’objet ultime du désir, ce n’est pas précisément… l’aventure.

12:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.