Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.03.2007

Machine désirante

medium_billes.jpg



Imaginons ensemble une machine psychologique relativement rudimentaire.

Par exemple, un parallélépipède rectangle de 18 colonnes sur 7 lignes, soit au total 126 cases entre lesquelles circulent 126 billes. Chaque case contient un petit creux capable d’emprisonner temporairement l’une des 126 billes, lorsque l’objet est au repos.

126 désirs sont inscrits à l’intérieur de chaque case. La case 87 est par exemple celle qui convient au désir de reconnaissance (remplacez le mot désir par besoin si vous préférez). Dessus est écrit ‘reconnaissance’. La case 32 est celle du désir d’amour. La case 19 est celle du désir de sécurité. La case 68 est celle du désir de liberté. La case 46 est celle qui répond au désir de nouveauté. La case 51 au désir de paresse. La case 16 celle du désir de risque. La case 39 du désir de perversité. La case 121 du désir de bonté. La case 99 celle du désir de honte. Etc, la liste étant volontairement longue pour introduire de multiples nuances dans le « négatif » ou le « positif ».

Chaque bille porte une inscription correspondant à l’une de celles inscrites sur les cases, mais sous l’angle de la fuite, du rejet, de la répulsion. Une bille symbolise le rejet de la liberté, une autre bille la répulsion de la reconnaissance, une autre la fuite de la perversité ou de la honte, etc. Sur les billes, comme sur les cases, est simplement inscrit le mot 'perversité', 'amour', etc. Chaque fois que l’on agiterait le parallélépipède, on obtiendrait une combinaison différente. Ainsi avec le désir de paresse, on pourrait parfois trouver une répulsion d’amour. Avec le désir de risque, parfois, une fuite de la reconnaissance. On agite de nouveau le parallélépipède et alors, avec le désir de risque apparaît un rejet de la nouveauté.

On peut aussi simplifier tout cela en évacuant les notions de désir comme de répulsion, et ne considérer que les combinaisons de deux mots, comme autant de motivations psychologiques mixtes : l'amour-paresse, la bonté-honte, la reconnaissance-perversité, la sécurité-risque, etc. Pourquoi lui as-tu fais ça ? Par amour-paresse.

Toujours compliqué ? On peut aussi rendre la machine prescriptive en ne mettant que 125 billes, la case restant vide désignant le sentiment psychologique sur lequel méditer lorsqu'on consulte la machine. Y-a-t-il un bricoleur dans la salle ? Si quelqu’un veut fabriquer une telle machine, je veux bien la lui acheter. Au pire, elle pourrait servir à complexifier les motifs d’agir des personnages qu’on invente sur papier.



_____

18:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.