Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.04.2007

PHILOPATHIE

medium_2.jpg


On dit souvent qu’un artiste doit avoir souffert pour créer. On dit souvent que la souffrance intérieure (écartons la douleur physique induite par un objet matériel sur l’extérieur du corps) rend plus mur, plus clairvoyant. Mais quelle est la nature exacte de la souffrance ? Elle est si évidente, si prégnante, que l’humain ne tente pas de voir en elle autre chose que sa manifestation. « Il y a la souffrance et elle est originelle. » Et si la souffrance n’était pas originelle et encore moins négative ?

Et si elle était précisément une poche d’informations se diffusant dans le corps ? On connaît les causes parfois terrifiantes de la souffrance, perte, manque, absence. Mais on connaît aussi son pouvoir de maturation psychique et physique. Peut-être que ce qu’on appelle souffrance intérieure n’est qu’un autre mot pour dire la croissance spirituelle, et peut-être est-ce la façon dont la nature informe l’esprit. Le fameux lien manquant entre l’esprit et le corps que tant cherchent…



_______

23:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.