Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.10.2007

LA RÉPONSE HUMAINE

d770ceed907db44983df38d54941f24f.jpg


François Emmanuel a écrit un beau livre, 'La Question humaine'. Un film en a résulté récemment. La question humaine, c’est le destin, aussi sinueux qu'un point d'interrogation, d’une dialectique érotique et meurtrière, entre la musique et la technique, les deux versants du canyon humain. La musique, chant du Tout, mouvement fluide et sensuel, intuition d'un absolu. La technique, cet attachement à la maîtrise et à la précision qui dresse les maisons et les canons. La magie et le calcul.

Le monde de entreprise participe-t-il du même asservissement mortifère que les camps de concentration ? Il s’agit de considérer les humains comme les pièces d'une machine plutôt que des finalités spontanées. Et ne le faisons-nous pas chaque jour ? Les quelque dizaines de personnes que nous pouvons croiser du matin au soir, les quelque centaines que nous côtoyons dans la rue ou les transports, nous les voyons plus rarement comme des âmes incarnées que comme les éléments mobiles du décors, des obstacles ou les adjuvants de notre soif de domination.

Une scène est frappante et amusante : un chanteur de flamenco puis un chanteur de fado arrivent dans le film pour symboliser quelques minutes, face à des spectateurs parisiens moribonds et stupéfaits, toute l’âme dont l’humain est capable. Et puis un portable sonne entre deux plaintes de guitare à douze cordes. Partout le désir qui glisse entre violence et tendresse, tendu et hésitant entre Hitler et Shubert. Qui peut affirmer qu'il a pleinement choisi de suivre Shubert ?


à écouter : http://www.youtube.com/watch?v=RBo6TuUoz7Q
_______

15:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.