Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.12.2009

Bonne nuit

 

La pleine correspondance ne s'atteint pas à la source de la renommée, elle se coupe de long en large comme un corps sans atmosphère, comme un vice retourné, sec.

Nous n'avons pas atterri à la destination souhaitée, faute de destinée, mais cet écueil est un salut, de par le fait que l'espoir est réputé naître là où se débat le goût.

Par les interstices de l'échec s'époussièrent les normes, s'effritent les palais sans âme et les âmes sans palais.

Nos nudités font un monde, puis plusieurs, communiquant par impressions ailées, fuyant les rires démunis.

Finir par être compris dans une langue qui n'est pas la sienne, voir passer au présent toutes les possibilités du passé, invertir les renversements nocturnes...

Et voir une nuée d'humains assis en cercle autour d'un feu aux trois pointes, chantant le silence, délimitant le vacarme hors des limites, le sublime étant présenté par-delà l'humilité d'un visage lisse et d'un cadavre qui ne sait que faire après la mort.

Les canaux empruntés pour la première fois, impraticables deux fois, différenciés par la répétition.

Jamais ne saurez les images, les passages, les causes accidentelles.

Car les effets, bien que tardifs, sont les vraies causes peut-être.

 

18:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.