Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.02.2010

Ouverture par le haut

 

 

Certains jours, la continuité de la pensée ose un saut dans le vide, par lequel les forces de l’univers sont appelées. Là, il apparaît que les dualismes qui nous occupent, les sédiments qui nous alourdissent, les critiques et les espoirs qui nous tiraillent, les hésitations qui nous inscrivent dans le temps sont comme les reflets inconsistants de ce que l’on pourrait aussi bien appeler nos peurs que nos amours.

 

 

10:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.